Lieurac Productions

37 rue des Panoyaux

F-75020 Paris

France

T:+33 1 71 73 67 35

F:+33 1 44 50 07 60

Contactez-nous





Recherche d'un film

par un ou des mots
de son titre.

LA SAGA DU SANG (série de 1 à 3)

LA SAGA DU SANG raconte comment, à travers des siècles d'expériences étonnantes et parfois effrayantes, l'Homme a livré une bataille magnifique et souvent chaotique pour maîtriser l'usage du précieux fluide. De nombreuses reconstitutions, des archives explicites, l'interview d'éminents spécialistes et des témoignages souvent bouleversants permettent de se passionner pour tous ceux dont les recherches et les découvertes ont permis à la Médecine d'accompagner la quête incessante d'immortalité des humains.




De la magie à la médecine (01)



COPYRIGHT : 2002
RÉALISATION : Alexander MARENGO
AUTEURS : Alexander MARENGO
FORMAT : Beta numérique
DIFFUSION : Beta numérique
DURÉE : 48 minutes
NATURE : documentaire
VERSION(S) : anglaise, française
PRODUCTION : Lieurac Productions, WNET, Optomen Television
PARTICIPATION : Centre National de la Cinématographie

Le grand physicien romain Galien, médecin des gladiateurs, était convaincu que c'était le foie qui transformait les aliments en sang... jusqu'à ce que William Harvey, chirurgien du roi d'Angleterre, établit en 1628, le rôle central du coeur dans le système sanguin.
Un matin de décembre 1667, Jean-Baptiste Denis, médecin de Louis XIV, pratiqua la première transfusion sanguine connue sur un être humain, en utilisant du sang de veau. Devant la quantité de décès dus à cette pratique, la transfusion fût petit à petit interdite et la saignée resta le traitement médical le plus répandu.
Il faudra que Georges Washington, premier Président des Etats-Unis d'Amérique, meure de la saignée en 1799 pour mettre fin à cette pratique archaïque.
En septembre 1900, Karl Landsteiner, jeune chercheur autrichien, mit en évidence pour la première fois qu'il existait trois groupes sanguins principaux - les groupes A, B et O. Sa découverte qui lui valut le Prix Nobel allait permettre de sauver des millions de vies dans les décennies à venir.

L'or rouge (02)



COPYRIGHT : 2002
RÉALISATION : Alexander MARENGO
AUTEURS : Alexander MARENGO
FORMAT : Beta numérique
DIFFUSION : Beta numérique
DURÉE : 48 minutes
NATURE : documentaire
VERSION(S) : anglaise, française
PRODUCTION : Lieurac Productions, WNET, Optomen Television
PARTICIPATION : Centre National de la Cinématographie

Lorsque éclate la guerre en 1914, on n'a toujours aucun moyen de stocker le sang. C'est au cours de ce conflit que l'on va découvrir que l'usage du citrate de sodium mélangé au sang permettait de le stocker, prêt à l'emploi.
Pendant la guerre civile espagnole, un médecin canadien, Norman Béthune constitua une banque du sang en utilisant des réfrigérateurs qu'il acheminait sur les zones de combat. Sa méthode inspira Janet Vaughan, fondatrice de la première "banque du sang" britannique.
Le docteur Charles Drew maîtrisait l'usage du plasma, un composant du sang. Il est à l'origine de la première banque du sang américaine, largement basée sur l'utilisation de ce fluide.
Les Nazis croyaient à une race de sang pur, enracinée dans le sol de la mère patrie : blut and boden, le sang et le sol. Affirmant que seuls les Aryens pouvaient donner leur sang, l'Allemagne nazie allait lourdement payer cette idéologie désastreuse. La guerre terminée, les milliers de médecins qui avaient observé les étonnants bienfaits des transfusions sur les terrains d'opération allaient enfin pouvoir en faire bénéficier les populations dans un monde enfin pacifié.

Le prix du sang (03)



COPYRIGHT : 2002
RÉALISATION : Nick READ
AUTEURS : Nick READ
FORMAT : Beta numérique
DIFFUSION : Beta numérique
DURÉE : 48 minutes
NATURE : documentaire
VERSION(S) : anglaise, française
PRODUCTION : France 5, Lieurac Productions, WNET, Optomen Television
PARTICIPATION : Centre National de la Cinématographie

Au moment où le traitement des grands brûlés d'Hiroshima indiquait qu'en cas de conflit nucléaire les réserves de sang disponible ne seraient pas suffisantes, les besoins en produits sanguins induits par les progrès de la médecine et tout particulièrement la chirurgie cardiaque obligèrent les autorités sanitaires aux USA et en Europe à une réorganisation massive de la collecte et du stockage du sang. L'Europe s'appuya sur ses réseaux traditionnels de donneurs bénévoles, mais les industriels américains, conscients de l'énorme marché mondial qui s'ouvrait à eux, rémunérèrent sans discernement des donneurs au passé médical parfois douteux. Lorsque éclate la tragédie du SIDA en 1980, il est trop tard et la plupart des stocks de sang sont contaminés. Les conséquences sont catastrophiques, particulièrement pour les hémophiles.
Nous avons appris à nos dépens que bénéficier d'un sang abondant pouvait aussi nous faire courir de grands risques, mais le défi demeure, il nous faut pouvoir fournir du sang sûr et sain, en quantité.

FAMILLES || LES ARTISANS DE LA MER



Copyright © 2004-2017 - www.lieurac.com - Connexion - Hébergement : Monarobase - Haut de page